Vol. 11 : Les sciences en syriaque, (2014)

Résumé

Ce volume est consacré aux textes « scientifiques » conservés en langue syriaque. Il entend révéler aux historiens des sciences l’existence d’un matériel tout à fait original et souvent plus ancien que celui conservé en grec ou en arabe. Il entend aussi reconstruire un pan de l’histoire culturelle des chrétiens en Orient en se fondant non pas sur des spéculations, mais sur l’étude des sources primaires. Cette histoire commence au vie siècle de notre ère, en contexte miaphysite, avec les fragments de la traduction d’un traité de Galien attribuée à Sergius de Reš‘ayna (m. 536) et une Somme astronomique syriaque anonyme qui s’est transmise dans le monastère de Qennešre en Syrie du Nord. C’est à Qennešre que les œuvres astronomiques et géographiques des savants alexandrins Claude Ptolémée et Théon d’Alexandrie sont transmises en grec et réutilisées dans des ouvrages originaux écrits en syriaque au viie siècle. L’étude des sources syriaques anciennes révèle également que ces savants de langue syriaque entretenaient aux vie et viie siècles des contacts scientifiques étroits avec des érudits établis à Alexandrie, à Constantinople et sur l’île de Chypre et qu’ils s’intéressaient à la médecine, à l’astronomie, à la géographie, mais aussi à la botanique, à l’alchimie et à l’agronomie. Puis au ixe siècle, à Bagdad, dans un tout autre milieu religieux et linguistique, d’éminents savants de langue syriaque tels Thābit Ibn Qurra et Ḥunayn ibn Isḥaq contribuèrent au mouvement de la « renaissance abbasside », qu’ils nourrirent de la multitude de leurs traductions mais aussi de leurs écrits propres médicaux, mathématiques ou astronomiques. Leurs traductions se firent du grec vers le syriaque et vers l’arabe ainsi que directement du syriaque vers l’arabe. Le dernier auteur dont on conserve l’œuvre scientifique en syriaque est le métropolite Grégoire Barhebraeus (xiiie s.) qui fréquenta le fameux observatoire astronomique de Maragha (Iran actuel) du temps du célèbre astronome Nasīr al-Dīn al-Tūsī.

  Chaque article présente, par discipline, le matériel conservé et donne la bibliographie scientifique la plus à jour sur les textes grecs conservés en syriaque comme sur les textes scientifiques originellement écrits en syriaque. Le manque d’édition des textes scientifiques syriaques, mais aussi parfois grecs et arabes, restant un frein à notre approche des textes, ce livre se veut aussi une invitation aux étudiants et aux chercheurs philoponoi à prendre part au travail de mise à disposition des sources.

Sommaire
  • Carte 1 - Lieux d'activités scientifiques en syriaque (500-750)
  • Carte 2 – Lieux d’activités scientifiques en syriaque (750-1309)
  • Émilie Villey - Introduction
  • Muriel Debié – Sciences et savants syriaques : une histoire multiculturelle
  • Henri Hugonnard-Roche – Mathématiques en syriaque
  • Olivier Defaux – Les textes géographiques en langue syriaque
  • Émilie Villey – Qennešre et l’astronomie aux VIe et VIIe siècles
  • Matteo Martelli – L’alchimie en syriaque et l’oeuvre de Zosime
  • Christophe Guignard – L’agriculture en syriaque : l’Anatolius Syriacus (« Géoponiques syriaques »)
  • Alexey Muraviev – La médecine thérapeutique en syriaque (IVe-VIIe siècle)
  • Siam Bhayro & Robert Hawley – La littérature botanique et pharmaceutique en langue syriaque
  • Hidemi Takahashi – L’astronomie syriaque à l’époque islamique
  • Index des manuscrits
  • Index des noms géographiques
  • Index des noms de personnes
  • Table des matières